Fermer eCommerce : Les enjeux des retoucheurs
Retoucher les images
le 24 juin 2015

Julien, retoucheur pour une agence parisienne, doit travailler les deux derniers jours de shooting d’une grande enseigne de prêt-à-porter. Il connaît bien les exigences de ce client : éliminer les plis disgracieux, affiner la silhouette et faire une très légère beauté du mannequin. Il doit aussi vérifier que le vêtement n’a pas de tâche ni de poussière.

La première étape consiste à récupérer les photos. Au total, pour les deux jours, un peu plus de 500 photos ont été prises pour un total de 21 Go de données. Les photos brutes seront travaillées sous photoshop au format PSD. Julien devra donc archiver plus de 40 Go de données une fois le travail terminé. Dès que les photos sont copiées, il contrôle les noms des fichiers un à un car ils doivent respecter une convention exigée par le client. Sur un job de 2 jours, il n’est pas rare de corriger 2 ou 3 coquilles.

Le travail peut alors commencer. Photo après photo, retouche après retouche, les JPEG sont mis de côté. Il ne faut pas trainer parce que le client doit respecter son échéancier pour l’implantation des produits sur son eCommerce. Au total 4 à 5 jours seront nécessaires pour traiter toutes les photos. Les photos sont généralement transmises au client via weTransfer. Les retoucheurs les plus chanceux auront un petit outil développé en interne pour faciliter la validation. Mais très souvent les allers-retours avec le client se font par email et par téléphone.

Les écueils sont nombreux :

  1. Les différents JPEG d’un même produit doivent afficher les mêmes couleurs. Dans ce cas précis les photos doivent être raccord avec les JPEG du shooting en piqué de la semaine précédente (les photos ont été prises par un autre photographe).
  2. Parce que les images sont affichées les unes à côté des autres sur le site eCommerce, la densité et la chromie doivent être homogènes. – Le client demande des crops pour diffuser les JPEG sur les version US et Asie du eCommerce. Il ne faut pas oublier de photo ni se tromper dans les noms des fichiers.
  3. Les JPEG sont poussés par FTP sur le serveur de production du client. Julien appréhende cette étape car il a toujours peur de faire une fausse manipulation ou de supprimer par inadvertance des photos du client.

 

Heureusement Julien est un pro. Il travaille consciencieusement et s’assure que chaque étape est scrupuleusement respectée. Globalement il s’y retrouve, mais parfois ce n’est pas suffisant : le client peut lui demander de reprendre une photo d’un ancien job. Et si la référence du produit a changé chez le client, Julien sait qu’il va passer un temps fou à retrouver l’ancien nom de la référence en ré-ouvrant tous les PSD…

On le voit à travers le témoignage de Julien, la principale difficulté du eCommerce pour le retoucheur, c’est le volume. Chaque étape devient chronophage. Maintenir la cadence et la qualité sans outil approprié, c’est mission impossible. Au sein de l’équipe Grand Shooting, nous travaillons dur pour proposer un service adapté au eCommerce et qui permette à la retouche de se concentrer sur son savoir-faire.

Si vous souhaitez en savoir davantage et être parmi les premiers à utiliser ce service, contactez Manon en remplissant ce formulaire.

Fermer

Découvrez les images produites par nos partenaires qui utilisent Grand Shooting tous les jours. Qui sont nos partenaires ?